samedi, janvier 03, 2009

GRAVITY


« You were in London », she will presently whisper, turning back to her wheel and spinning it again, face averted, womanly twisting the night-streaked yarn of her past, « while they were coming down I was in’s Gravenhage »- fricatives sighing, the name spoken with exile’s lingering- « while they were going up. Between you and me is not only a rocket trajectory, but also a life. You will come to understand that between the two points, in the five minutes, it lives an entire life. You haven’t even learned the data on our side of the flight profile, the visible or trackable. Beyond them there’s so much more, so much none of us know… »
But it is a curve each of them feels, unmistakably. This is the parabola. They must have guessed, once or twice, guessed and refused to believe – that everything, always, collectively, had been moving toward that purified shape latent in the sky, that shape of no surprise, no second chances, no return. Yet, they do move forever under it, reserved for it’s own black-and-white bad news certainly as if it were the Rainbow, and they its children….

Passage magnifique, et crucial….on ose à peine regarder la traduction française. Michel Doury, ancêtre de Google trad ? A quand une nouvelle traduction de Claro ?

(pour le fun :
Elle murmure :
-Tu étais à Londres quand ils tombaient…moi j’étais à’s Gravenhage quand ils décollaient (elle prononce le nom étrange avec la nostalgie de l’exil), entre nous il n’y a pas seulement la trajectoire d’une fusée, mais toute une vie. Tu finiras par comprendre qu’entre ces deux points, pendant les cinq minutes du vol, une vie entière s’écoule. Tu ne connais pas les chiffres de notre côté du plan de vol. Il y a tant de choses derrière que nous ignorons …
Elle dit cela à voix basse, faisant négligemment tourner la roulette derrière son dos, comme si c’était son passé qui se dévidait.)

1 Comments:

Blogger g@rp said...

On a pendant eu l'espoir d'une traduction par Claro lorsqu'a été annoncée la réimpression de L'arc en ciel de la gravité.
Hélas, il n'en a rien été.
Mais ne négligeons pas un effet secondaire sympathique de la traduction porte avions seule disponible dans l'hexagone : les lecteurs découvrant Pynchon via ses autres romans puis se tournant ensuite vers l'arc en ciel, finissent par abandonner la traduction pour attaquer ce dernier en VO.
Un mal pour un bien, en somme.

5:47 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home