samedi, décembre 09, 2006

SPOOK COUNTRY


C'est le titre du prochain William Gibson, qui sortira en aout prochain outre-atlantique - et en France au Diable Vauvert.
Trois histoires parallèles, situées à l'époque contemporaine, dans la lignée de Pattern Recognitions.
Tito, un jeune cubain subsistant, comme nous tous, dans le "transfert d'informations" à New York.
Hollis Henry, journaliste travaillant pour Node, un magazine célèbre qui n'existe pas - puisqu'il s'agit juste de cultiver un buzz positif en différant sans cesse le numéro zéro - à la recherche de Bobby Chombo, un producteur légendaire absent du jeu médiatique et qui ne peut dormir deux soirs de suite dans la même pièce.
Milgrie, un jeune junkie dépendant d'un mystérieux Brown pour son approvisionnement, Brown qui semble poursuivre un objectif terroriste.
Inutile de dire qu'on l'attend avec impatience. Tout autant que le "Falling Man" de DeLillo.




Spook: as spectre, ghost, revenant, remnant of death, the madness lingering after the corpse is sloughed off. Slang for intelligence agent; agent of uncertainty, agent of fear, agent of fright.

Country: in the mind or in reality. The World. The United States of America, New Improved Edition. What lies before you. What lies behind. Where your bed is made.

Spook Country: the place where we have all landed, few by choice, and where we are learning to live. The country inside and outside of the skull. The soul, haunted by the past, of what was, of what might have been. The realization that not all forking paths are equal -- some go down in value.

The ground of being, pervaded with spectres. The ground of actuality, similarly teeming.

In traversing spook country, we ourselves have been transformed, and we will not fully understand how until we are no longer what we were.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home