lundi, octobre 16, 2006

UNE LIQUEUR NON TAXEE, FABRIQUE DE SATAN


Le Senso était bondé à cette heure de la nuit. Une interminable cover pirate de Starman chantée par un Lou Reed en plein trip planait au dessus du brouhaha ambiant. Elle était en vente à la caisse, comme tout au Senso, ou presque.
-Du néo-nineties. Arrière-garde à crever. Je crois que je vais laisser ça un bon moment, non ?
Katz, le tôlier, était fier de la nouvelle déco, murs sol et plafond uniformément noirs, bar chaises et tables chromées. Ces quinze derniers jours, les murs du Senso avaient successivement été habillés de bois, d’un damier jaune et bleu, de montres molles, transformés en drapeau japonais, crépis, de briques, en pierres apparentes, Katz avait tenté un revival fifties, couleurs jaunasses et tables de formica, l’effigie lumineuse du Che Guevara s’était promenée de table en table, puis celle de Ann Rand, le Senso avait été bar exotique, bar de l’espace, cyber café eighties (Vic 20 et TI 49), un repaire de pirates, têtes de morts, filets et gouvernails, perroquets et jambes de bois, une caverne préhistorique, une taverne médiévale, quoi encore. Katz mailait l’information dans la journée, certains clients jouaient le jeu, d’autres non, d’autres encore, qui avaient eu une journée chargée, venaient comme ils étaient venus la veille, parfois Katz oubliait d’envoyer les mails, on croisait des nudistes entre deux igloos, des chevaliers en armure dans la salle de contrôle de la NSA, des Men In Black taillaient la bavette à des vélociraptors, une poignée de Ronald Reagan sirotaient un verre en compagnie de Hell’s Angels. Punks de la veille et hommes préhistoriques du jour se côtoyaient dans cette joyeuse anarchie qui faisait tout le charme du Senso. C’est le Duke qui avait lançé l’idée de l’uniforme, feutre blanc, lunettes noires, blouson de cuir sur T-Shirt Caballero, pantalon Cargo, chaussures Coston, quelques soient les circonstances, cela faciliterait les choses, avait-il dit, en leur épargnant à Nova et à lui les fastidieuses tentatives d’identification, qui semblaient tant réjouir les autres clients du bar. Il ne lui avait pas été nécessaire d’évoquer l’autre raison, besoin vital de stabilité, Nova avait compris. Au Senso, on les prenait pour des originaux, des mecs qui faisaient tout pour se faire remarquer. Venant d’aliens baveux ou de Hulks en smoking, la critique se faisait compliment.
-Honnêtement Katz, je préférais Tanger.
Tapis de sol, tables basses, narguilés, abats jours octogonaux en verre émeraudes, machines à écrire Blickensderfer N°5 sur les tables du fond. C’était deux jours plus tôt.
-Ouais, je m’en doute. Ton binôme aussi.
-Il est là ?
Katz, crête rouge électrique sur impeccable costume havane trois pièces, désigna du menton le fond de la salle.
-était en train de préparer quelque chose contre les réseaux de Flint Ltd. L’unité centrale est à Zurich, elle fonctionne en duo avec une à Bengalore..
-Il n’y a pas d’employeurs. J’agis seul cette fois.
-Je n’aurais jamais cru que tu…
-…à déclenchement synchronisé sur le premier cycle d’ovulation….
-Une info gratuite ??!!
En fendant la foule, Le Duke se demanda si il allait continuer à donner ses rendez-vous au Senso. Il fallait être prudent, veiller à la trajectoire, éviter les écarts, ne pas en rajouter. Aussi sympathique fut-elle, l’instabilité du Senso ne lui convenait guère en ce moment. Peut-être plus tard, quand à nouveau il serait branché sur quelque chose de suffisamment…..et il commençait à y avoir trop de monde ici. De la continuité, voilà ce qui lui fallait. Payer Katz pour que le Senso prenne l’aspect, quand il y venait , du bar du Raphael ? Envisageable. Envisageable mais coûteux. Katz ne se priverait pas pour mettre aux enchères la tranche horaire. Le Duke pensa au Tchat, plus classique, beaucoup plus classique, une clientèle d’affaires plutôt grise et sans surprises dans un salon à l’anglaise, immuable, le droit d’entrée était abordable. Il s’en foutait après tout de la clientèle, il avait rompu le contact avec l’essentiel de ses réseaux depuis son arrivée à Paris, la fréquentation de Nova lui suffisait.
-sucé à mort par
-intégrer une fonction de clonage graphique dans le…
Un cri atroce déchira les murs du Senso. Un cri de femme. Personne ne sembla y prêter la moindre attention. Le Duke : frissons dans le bas du dos. A nouveau le hurlement résonna, plus fort encore, une douleur insupportable. Pas un sourcil ne se leva autour de lui. Le Duke mit quelques secondes avant de comprendre que le cri lui était exclusivement destiné.
-Linnea Quigley.
Nova était allongé sur ce qui restait d’une chaise longue après que le design nineties se soit emparé du concept.
-Linnea Quigley, l’impératrice. Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama. David Decoteau, 1988. DeCoteau Quigley, le ticket gagnant. Elle peut s’aligner ta Monique Gabrielle. Faudrait pas mal la tronçonner avant qu’elle pousse un cri de cette pureté.
Un autre cri résonna alors que Le Duke prenait place face à Nova, la voix d’une autre femme, juchée sur le même barreau de l’échelle de l’effroi.
-Monique Gabrielle, laisse moi rire. La grâce d’une truie qu’on égorge. Là, c’est sans comparaison, non ?
Et à nouveau le premier cri, toujours aussi atroce.
-Linda…
-C’est bon, c’est bon, j’admets tout ce que tu veux, mais arrête ça, j’entends déjà les zirènes des vlics.
La semaine précédente, Nova lui avait envoyé Transylvania Twist, Le Duke, curieux de connaître les scènes de The Terror avec Boris Karloff qui y étaient incluses, voulait le voir depuis longtemps. Devant son incroyable prestation, il avait élu Monique Gabrielle reine incontestée des hurlements. Ce à quoi Nova avait répondu qu’en la matière, elle n’arrivait pas à la cheville de Linnea Quigley. Un débat essentiel sur le sujet s’en était suivi dont les tenants et les aboutissants s’étaient perdus dans la vapeur du cannabis.
-A part ça ?
-Blackout. Rien à l’horizon.
-Hickey and Boggs?
-Bof. Pas vraiment eup le temps.
-Ca s’arrange pas….je te livre DeCoteau sur un plateau, tu réagis pas, tu ne touche pas au Culp…si le lion se met à ignorer les carcasses…
-Ton lion, il aurait plutôt tendance à se groire gaméléon en ce moment.
-Caméléon, c’est parfait…roi post-moderne des animaux. Vive le Caméléon !
-Les changements de gouleurs zont épuisants …Ton gaméléon n’est…
-Fin des années 70, Geffen traine Neil Young devant les tribunaux pour avoir fait perdre 3 millions de dollars à sa maison de disque en sortant coup sur coup des albums « non caractéristiques de Neil Young ». Magique, non ? Être ou ne pas être caractéristique de soi-même…
-polm..
-This is not the question anymore. Le lion est mort, Duke, enterré, exit le marbre, vive les cristaux liquides, l’ère du Caméléon !
-Toujours la solution congggrète au problè, hein Nova, c’est ce que j’aime chez cuc.
-Concrète…Je t’adore Duke, mais qu’est ce tu peux être vieux jeu. C’est quoi le truc ? ALTERNATIF te laisse tomber ? Tu tires ta révérence ?
-On en est pas là.
-On en est où, alors ?
-Aucune nidée.
-InfosJunkies, maux et remèdes…attends voir…voilà…une nouvelle obsession, plus forte, plus dévorante, l’aimant assez puissant pour fédérer la limaille, une obsession. Guide du technoschizo, page 467, verset 2, une bonne obsession, un aimant assez puissant pour fédérer la limaille, l’ultime recours …
-kkh
-…s’agrippent à leur personnalité comme un kamikaze à son manche à balai, le mieux c’est de jeter un œil aux magazines féminins, ils donnent toujours de bons conseils pour traverser ce genre de turbulences.J’ai un schi…
-Le nain qui tronconne les gauffret,eakmojf.
-Hein ?
-grisesJezab heih hihk
-Duke ?
-iojhahleatherfesuuuj
-Ohé !
-gromor excuzif Nova, geai des problèmedks aveciyhmiohi
-(…)
-pudin de sytgiokuj vocal. On laisse trèner khi/. et voilà le l.
-Tu veux qu’on diffère ?
-Non, non, c’est bon. Ca devrait coller sied cette vois. C’est le vil.
-T’es sûr ? J’ai un…
-Je me doutais bien que je te trouverais-là, Duke.
Un jeune asiatique, en survêtement jaune.
-Scouic?
-Je sors de l’entraînement. C’est moi, Judd. Si tu peux passer à la boutique, j’ai quelque chose pour toi.
-Baintenant ?
-Demain soir plutôt, 21 heures ?
-lekhbi,
Et voilà, l’homme en blanc, Beckett, etc.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home