vendredi, octobre 20, 2006

ANGELS IN AMERICA



Cette fois McSweeney's me bluffe. Autant leur production est parfois (souvent) anecdotique, voire aimablement carabine (influence du papa Eggers?), autant cette fois je leur tire mon chapeau. Rien de carabin en effet dans cet Hopital, dernier vestige de notre terre après qu'elle ait été recouverte par les eaux. Bunker sous-marin, véritable tableau de Bosch (pas Bush) englouti, Titanic éternel, cet hôpital dont les médecins et les patients, guidès par les anges- les esprits de leurs disparus- essaient de mettre en place une organisation post-apocalyptique, est un régal d'invention et de de la première à la dernière page. Telle Odile du Village Voice lorsque je lui demande un livre que je cherche, The Children's Hospital m'a laissé sans voix.C'est le deuxième roman seulement de Chris Adrian (né en 1970), qui montre là une maîtrise ne lui laissant dans sa génération qu'un concurrent (à quelques pas derrière tout de même) : Safran Foer. Concluons en notant combien l'influence de la littérature sud-américaine et du réalisme magique revigorent les jeunes générations américaines - transfusion d'un sang abondant, riche, noir. On voudrait bien en dire autant des jeunes français, n'est-ce pas Yann? Je vous laisse, je vais de ce pas me plonger dans gob's grief.

1 Comments:

Blogger SCARECROW said...

Dans la série "ton avis m'importe", quid de:

david markson ?
jay cantor ?
thalia field?
mc elroy ?
richard grossman?
shelley jackson?

(je ne te demanderai pas ce que tu penses de steve katz, tom robbins et alii…)

1:02 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home