mardi, octobre 24, 2006

MAIS QUE FOUTENT LES EDITEURS (Part 1)?


Don DeLillo, Great Jones Street, 1973. Drogue, paranoia et Rock’n Roll – Bucky Wunderlick, méga star du rock (Dylan et Morrison) au bout du rouleau échoue dans un appartement new-yorkais lassé des drogues, de la musique, des compromissions, de la gloire, des notes, des mots. Dans l’appartement du dessus, un écrivain qui ne sait plus quoi écrire, dans celui du dessous un adolescent aphasique. Autour de lui, sa maison de disque, Transparanoia, un mouvement terroriste en possession d’une drogue capable de détruire les centres cérébraux du langage. Rumeurs du Viet-Nam, d’une société en ébullition. Conspirations. Une fugue finale dans la zone, un langage qui peu à peu se déstructure, se fragmente. Le plus Pynchonien, et le plus lyrique des romans de Delillo. Toujours inédit en France.

2 Comments:

Blogger SCARECROW said...

Je n'ose imaginer combien de "parts" va avoir ce thème…et qui en sortira indemne…

3:06 AM  
Blogger Fausto Maijstral said...

La couv' est nettement mieux que celle de mon horrible édition Picador.
La "part 2" ce sera qui? Pourquoi pas Robert Coover? The Origin of the Brunists ou Pricksongs & Descants? C'est clair, il y a du boulot...

5:53 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home