mardi, octobre 24, 2006

PAPIER BUVARD


J’évoquais l’autre jour le Children's Hospital, de Chris Adrian, je m’en voudrais de ne pas mettre la lumière quelques secondes sur l’autre grande découverte de McSweeney’s, le People of Paper de Salvador Plasencia. Outre le plaisir, toujours renouvelé, de mettre la main sur un livre à la forme bousculée (Visuellement, on croirait à 245 pages tombées de La Maison des Feuilles), de retrouver un livre dans lequel les personnages résistent à l’auteur, mènent leur vie propre, indépendante, luttent pour leur libre arbitre, celui de tomber (enfin) sur un univers totalement nouveau dans lequel le style et l’imagination de Plasencia nous emmène pour un voyage dont on se souvient, longtemps, très longtemps. Saunders n’arrête pas de dire et de redire que Plasencia est le meilleur écrivain de la jeune génération – Saunders a toujours raison.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home